Prestataires

Faire venir un prestataire de métropole – ou d’ailleurs

S’il y a bien une étape de nos préparatifs qui fut difficile et décourageante, c’est la recherche de notre photographe. Ce fut tellement laborieux que cette recherche s’est conclue par une idée farfelue : importer notre prestataire de métropole ! Pour que vous compreniez notre choix, revenons quelques mois en arrière.

 

L’histoire : la recherche de notre photographe, une croisade !

Nous sommes en septembre 2014 : notre salle est réservée, nous venons d’apprendre que nous pourrons nous marier dans l’église que nous souhaitions, les essayages de robes s’enchaînent… Tout va bien ! A dix mois du mariage, nous décidons alors de nous lancer joyeusement dans la recherche de notre photographe.

Je commence à contacter par mail les différents photographes de la Réunion qui nous plaisent, mais nous déchantons vite : ils sont tous déjà pris à notre date ! A dix mois du mariage, nous pensions être dans les temps, quelle déconvenue ! J’élargis alors le champ de mes recherches, mais les autres photographes ne nous plaisent pas beaucoup. En désespoir de cause, nous recontactons les premiers photographes, en pariant sur une possible annulation : mais non, ils sont réservés, et bien réservés !

Cette histoire commence à me décourager : zut, nous n’allons tout de même pas engager quelqu’un dont nous n’aimons pas le travail ! Lors d’un appel à une décoratrice (qui s’avèrera être NOTRE décoratrice ♥), je lui demande si elle n’aurait pas le nom d’un photographe auquel nous n’aurions pas pensé : elle n’a pas d’autres noms à nous proposer, mais elle nous souffle une idée. En effet, l’une de ses futures mariées fait venir son vidéaste de métropole : les frais sont à la charge des mariés, en échange d’une jolie ristourne sur la prestation. Je raccroche, perplexe, et je fais part de l’idée à My Groom.

  • Première réaction : « Mais quelle drôle d’idée ! Dans quoi on s’embarquerait ?!? »
  • Deuxième réaction, après discussion : « Il ne nous reste pas beaucoup d’autres options… »
  • Troisième réaction, après avoir comparé les tarifs et étudié le budget : « OK, on se lance ! »

Et c’est ainsi que nous parcourons le net à la recherche d’un photographe métropolitain qui aurait envie de tenter une aventure réunionnaise !

arrivee-reunion-vue-avion

Crédit photo : C. et L. Volant

Mais, maintenant que nous ne cherchons plus sur un unique département, le choix devient plus vaste et, à force d’éplucher divers blogs de photographes, nos goûts s’affinent. Photos posées ou photo-reportage, traitement des couleurs et de la luminosité… : je n’aurais jamais imaginé un tel choix ! Le travail est énorme : écumage des annuaires de prestataires sur internet, tri « budget », tri « style », contact par mail, tri « disponibilités » (et là, on pleure parce qu’à huit mois du mariage les photographes commencent à être bien réservés), négociations pour obtenir un devis intéressant… Je viens de regarder notre boîte mail : au total, nous aurons contacté près d’une trentaine de photographes !!!

Mais, comme vous l’avez vu ici, le travail a payé : nous avons fini par trouver notre photographe de choc, à savoir Hery Laza !

 

Retour sur expérience

La réaction de l’entourage

Notre choix nous a fait passer pour de doux dingues auprès de nos proches. Certains étaient inquiets à l’idée que nous nous fassions arnaquer, d’autres trouvaient cette dépense totalement disproportionnée… et tous nous soufflaient des noms de photographes réunionnais pour nous inciter à renoncer. Mais nous avons vite clos le débat, car le premier acompte avait été versé et le style de Hery nous plaisait définitivement : il n’y avait donc plus tellement de discussion possible. Et au final, après avoir vu les photos et côtoyé Hery, tous les invités ont approuvé notre choix !

la-mariee-des-tamarins-embleme-1 Conclusion : préparez-vous à assumer votre choix, et à être ferme. Si nécessaire, restez vague sur le prestataire choisi !

 

Une offre à négocier

Parlons budget ! Pour que l’option “Importation de prestataire” soit intéressante, il faut négocier un peu, car les propositions peuvent être… très variées !

  • Une photographe très débutante avait eu vent de notre projet et nous offrait la totalité de la prestation en échange des frais de transport et d’hébergement : très bon plan sur le papier, mais nous ne souhaitions pas confier nos photos à un débutant (nous avions déjà fait ce choix pour notre wedding planner)
  • Une autre photographe nous offrait… simplement la soirée ! Elle souhaitait que nous payions  le prix “normal” de la prestation en plus de tous les frais : vraiment pas intéressant, nous avons décliné la proposition.

Pour vous donner une idée, la proposition signée avec Hery a été la suivante : jour J + séance d’engagement + Day After à un prix imbattable, auquel nous avons ajouté les frais de transport et d’hébergement (somme plus importante que la prix de la prestation).

la-mariee-des-tamarins-embleme-1 Conclusion : désolée de vous le rappeler mais… vous avez un budget à tenir ! Chercher un prestataire sur toute la métropole élargit le choix : sachez prendre du recul pour rester dans votre budget. Et n’oubliez pas de négocier pour rendre cette importation de prestataire la plus rentable possible !

 

Les angoisses de la future mariée

En tant que future mariée stressée, je n’arrêtais pas de me poser des questions : et si le photographe rate l’avion ? Et s’il part avec l’argent et qu’on n’entend plus parler de lui ? Et si, et si ?

Certes, ne pas avoir le prestataire sur place, c’est stressant. Mais même si votre photographe habite la maison d’à côté, vous n’avez pas la maîtrise sur tout : il peut très bien tomber en panne dans le canal bichique, ou faire une overdose de samoussas la veille… Bon, ces derniers mots sont plutôt négatifs ! Mais rappelez-vous que, de toute façon, vous ne maîtriserez pas tout pour votre mariage – je sais, c’est stressant – et qu’un prestataire sur place ne vous donne pas forcément plus de garanties.

la-mariee-des-tamarins-embleme-1 Conclusion : certes, il peut y avoir des déboires… mais tout peut très bien se passer aussi ! Et ce, que votre prestataire soit de la Réunion ou non. N’oubliez pas de signer un contrat précisant les éléments et le prix de la prestation, les frais pris en charge, ainsi que les obligations de chaque partie.
nina-et-fred-profil-mariee

Crédit photo : Nina & Fred

 

Tout est question d’organisation

Attention, faire venir un prestataire à la Réunion demande de l’organisation : avion, logement, location de voiture, etc. Or, vous vous en doutez, vous serez fortement occupés les quelques jours précédant votre mariage, et vous n’aurez pas tellement le temps de vous occuper de votre prestataire. Je vous conseille donc de vous tourner vers des prestataires un peu « autonomes ».

Mais c’est quoi, un prestataire autonome ? Pour vous donner une idée de ce que ce n’est pas, il faut savoir que la photographe qui ne nous offrait que la soirée (voir ci-dessus) souhaitait également que je m’occupe de lui acheter son billet d’avion, et voulait être logée chez nous parce que « si je suis toute seule je vais déprimer »… Vous voyez ce que je veux dire ?

De plus, si vous prenez une coordinatrice pour le jour J, n’oubliez pas que vous pourrez compter sur elle. Notre coordinatrice s’est ainsi occupée de prendre un téléphone à carte pour notre photographe, elle est allée le chercher à l’aéroport, l’a emmené récupérer sa voiture de location et s’est chargée de lui expliquer les différents trajets du jour J… entre autres !

la-mariee-des-tamarins-embleme-1 Conclusion : prenez une coordinatrice (pour votre prestataire importé, et pour tout le reste) ! En plus, en cas de pépin, vous pourrez vous appuyer sur son réseau pour trouver un remplaçant.

 

Si c’était à refaire ?

Il est évident que, si un photographe à notre goût avait été disponible pour notre mariage, nous ne nous serions jamais lancés dans cette aventure. Mais les photos étaient tellement importantes pour nous, qu’il a bien fallu prendre une décision ! Le pari était audacieux, nous avons parfois douté, mais au final nous sommes ravis. Alors si c’était à refaire : oui, nous le referions, pour les mêmes raisons, et avec les mêmes décisions !

Mise à jour : Hery Laza vous raconte l’histoire de son point de vue de prestataire ici.


Et vous, oseriez-vous « importer » votre prestataire ? Avez-vous des conseils supplémentaires à donner à celles qui seraient intéressées ?

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laisser un commentaire